Difficultés Familiales

quand la famille explose

La souffrance d’un membre de la famille est parfois symptomatique de dysfonctionnements dans cette dernière. Bien souvent cela passe par les enfants. Pourquoi eux ? Parce qu’ils vivent essentiellement dans l’émotionnel et l’affectif. De manière inconsciente, ils vont essayer de compenser le déséquilibre familial en focalisant l’attention sur eux.

En effet, pendant que toute la famille se préoccupe du mal-être d’un enfant, elle a beaucoup moins de temps pour se concentrer sur les raisons de la crise qui l’anime.

Soulager une famille en souffrance

En thérapie systémique, la famille n’est pas identifiée comme seul bloc que l’on cherche à soigner ou réguler. Elle est plutôt envisagée comme un système qu’il s’agit de décrypter. La mise à jour des malaises familiaux a pour objectif prioritaire de soulager le membre souffrant. En passant par lui, c’est toute la famille qu’on aide à mieux respirer.

Une thérapie familiale ne débouche jamais sur la mise en accusation d’un individu dans la famille. Au contraire, quand elle est bien menée, elle a plutôt pour effet de gommer les mécanismes d’exclusion éventuellement à l’œuvre dans le cercle intime (père trop effacé, enfant bouc émissaire…).

Dans quels cas faire une thérapie familiale ?

– Des comportements difficiles à gérer chez le jeune enfant : comportements agressifs, ou isolement, difficultés d’apprentissages, désobéissance permanente, disputes dans la fratrie, …

– Un adolescent en crise : avec des troubles du comportement alimentaire, une addiction aux jeux vidéo, un échec scolaire, des réactions violentes à l’interdit, une rupture de toute communication, …

– Un parent traversant une situation compliquée dans sa vie : chômage,  difficultés au travail, dépression, problèmes financiers, absence répétée, …

Comment se déroule une séance ?

Les séances se déroulent directement à domicile. L’idée est de réunir tous les membres de la famille dans un contexte familier qui favorise la prise de paroles, même pour ceux qui ne voulaient pas forcément parler au départ. Tout le monde se sent à pied d’égalité.

Parce que la famille est chez elle, le danger d’une exposition des problèmes devant un « étranger » est très atténué. La manière dont chacun a investi les espaces de la maison donne également beaucoup de possibilités pour construire des solutions très pragmatiques.

Il faut un minimum de 3 à 5 séances pour arriver à trouver un chemin et des solutions qui conviennent à tous. Les séances peuvent être soient très rapprochées en cas crise familiale importante, ou éloignées de 3 semaines à 1 mois, pour que chaque membre de la famille puisse tester les outils et les idées proposées.