Aller au contenu
Accueil » Blog » La phobie scolaire et ses répercussions sur la famille

La phobie scolaire et ses répercussions sur la famille

Quand l'école devient une source de terreur

Dans le tumulte du quotidien familial, il arrive parfois que l’école, lieu censé être un creuset d’apprentissage et de sociabilisation, se transforme en cauchemar pour un enfant. La phobie scolaire, un trouble souvent méconnu mais aux effets dévastateurs, peut bouleverser l’harmonie au sein du foyer. Comment la famille vit-elle cette épreuve, et quelles sont les solutions pour surmonter ce défi complexe ?

Le Choc Initial : L’Enfant en Proie à la Peur

Imaginez ceci : votre enfant, autrefois enthousiaste à l’idée d’aller à l’école, commence soudain à manifester des signes de détresse à l’approche de l’heure d’aller à l’école. Les pleurs, les maux de ventre, les excuses farfelues pour éviter l’école deviennent monnaie courante. Vous, parent inquiet, cherchez à comprendre. C’est là que la réalité brutale de la phobie scolaire peut frapper.

Qu’est-ce que la phobie scolaire ?

La phobie scolaire, également connue sous le nom de « refus scolaire anxieux », se manifeste par une peur intense et irrationnelle de l’école. L’enfant, s’il est forcé d’aller à l’école, déclenche des états allant du mal au ventre, aux vomissements, fièvre, migraine, etc. …Cette phobie peut être causée par divers facteurs, mais elle est souvent associée à des problèmes émotionnels, familiaux ou scolaires sous-jacents.

Il faut cependant ne pas confondre cette phobie scolaire avec une anxiété liée à la rentrée scolaire, au changement de classe ou d’école. Cette peur est normale et légitime, disparait généralement au bout de 15 jours.

Il faut également prendre en compte qu’en fonction de l’origine socioculturelle des enfants, la phobie scolaire n’est pas définie de la même manière. En effet, dans les quartiers en grandes difficultés économique on parle très peu de phobie scolaire, contrairement au autres lieux de vie plus sécurisants de la population.

L’Impact sur la Famille : Entre Compassion et Désarroi

Pour la famille, l’annonce de la phobie scolaire d’un enfant est souvent un choc. Entre la compassion pour la souffrance de leur progéniture et le désarroi face à l’impuissance de trouver une solution rapide, les parents se retrouvent souvent démunis. Les frères et sœurs peuvent également être affectés, partagés entre l’empathie envers leur frère ou sœur et le ressentiment envers l’attention accrue qui lui est accordée.

Que faire quand votre enfant ne veux plus aller à l’école ?

La communication au sein de la famille devient cruciale. Il est essentiel d’écouter attentivement les craintes de votre enfant, sans minimiser ni ridiculiser ses sentiments. Un dialogue ouvert, exempt de jugement, peut aider à dénouer les nœuds émotionnels qui alimentent la peur.

En parallèle, prenez rendez-vous avec votre médecin ou pédiatre afin de vous assurer qu’il n’y ai pas un problème de santé (carence, problème de vue ou autre, anémie, etc. …). Il faudra demander à votre médecin de couvrir les absences de votre enfant par un certificat médical. Une phobie scolaire ne permettant pas d’aller à l’école, vous ne forcez pas votre enfant à y aller. C’est comme lorsqu’un adulte ne peut plus aller au travail pour burnout, il a besoin d’un certificat médical et on ne l’oblige pas à y aller.

Prenez rendez-vous avec l’ensemble des personnes qui travaillent avec votre enfant dans l’établissement scolaire. Il est important de savoir ce qu’ils ont détectés, s’ils ont de suggestions, soutiens ou pistes à vous donner.

Demandez à ce que des réunions de réseau soient agendées. En effet, il est important que votre enfant et votre famille soit entourée dans ce moment compliqué.

L’Intervention Professionnelle : Le Rôle du Psychologue

En parallèle, consulter un psychologue spécialisé dans les troubles anxieux chez les enfants peut être bénéfique. Ce professionnel pourra aider à identifier les causes sous-jacentes de la phobie scolaire et proposer des stratégies thérapeutiques adaptées, telles que la thérapie cognitivo-comportementale ou la thérapie familiale systémique.

C’est ce que je propose aux familles qui me consultent pour ce problème. L’avantage de ma démarche est que je me rends au domicile, ce qui facilite le travail en direct avec l’enfant ayant une phobie scolaire, surtout si c’est un adolescent.

Retrouver le Chemin de l’École

Avec le temps, la patience et le soutien approprié, de nombreux enfants parviennent à surmonter leur phobie scolaire. Pour certains, cela peut nécessiter une réintégration progressive à l’école, avec des accommodations telles que des horaires adaptés ou un soutien scolaire supplémentaire. Pour d’autres, un changement d’environnement scolaire ou des aménagements spécifiques peuvent être nécessaires.

Si votre enfant ne veut définitivement plus aller à l’école, l’ensemble des professionnels avec lesquels vous êtes en contact, pourront vous donner toutes les informations nécessaires à une scolarisation alternative.

Ensemble, Plus Forts Face à l’Adversité

La phobie scolaire peut être une épreuve déchirante pour toute la famille, mais elle peut également être surmontée avec amour, compréhension et soutien. En unissant leurs forces, en écoutant attentivement et en cherchant l’aide professionnelle nécessaire, les familles peuvent aider leur enfant à retrouver le chemin de l’école, et avec lui, celui de l’espoir et de l’épanouissement.